L5R PARIS

Le site des joueurs parisiens de L5R : actualité, rendez-vous, tournois
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 02 - Apparences et Courants d'Air

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Moto Joe

avatar

Messages : 1479
Date d'inscription : 16/08/2007
Age : 34
Localisation : Barcelona, Espagne

MessageSujet: 02 - Apparences et Courants d'Air   Mar 8 Fév - 15:01

Bienvenue dans les Chroniques de Gyoukomori Mura !

02 - Apparences et Courants d'Air

A quelques encablures de Gyoukomori Mura, plus précisément dans le hameau côtier d'à côté.

Le moine arriva en premier par la seule route praticable en hiver. Il était déjà tard. A pieds, il dirigea vers l'auberge, l’un des deux seuls bâtiments encore éclairés. L’autre édifice, tourné vers l'horizon, était en pierres et surmonté d'un énorme brasier dont la flamme n'avait rien de naturel. Le froid était si piquant que, réprimant son besoin de contrôler le nombre de gardes en faction autour du Phare, le nouveau venu se résolut à entrer dans l'auberge. Pas un seul client, pas de fenêtre, pas d’escalier intérieur, seulement une vieille femme qui se présenta à lui peu après. Sans un bruit, elle s'était inclinée et lui indiquait la table la plus proche du braséro central. Katahide y aperçut alors un verre et une bouteille de bois. Son ombre glaciale se figea un instant, convaincu que chacune des quatre tables de la petite salle était vide à son arrivée. Il se retourna vers la tenancière. Personne. Intrigué, il alla s'assoir et profita du calme pour entamer un exercice de méditation légère pour lutter contre la température digne des caves du domaine de son Seigneur Daigotsu.

Kakita Lii entra à son tour dans ce qui était surnommé dans la région depuis déjà des années : « l’Auberge du Poney qui Tousse ». Lorsque son regard se posa sur une silhouette aussi imposante qu'immobile semblant, à elle seule, plonger la salle dans un profond silence, il étouffa un cri de surprise et d'effroi. Découvrant une seconde personne, aux mouvements souples et fluides en opposition totale avec les traits de son visage durement marqués par le temps, il réussit à sauver les apparences et à se détendre quelque peu. La maîtresse des lieux portait un kimono en laine d'un bleu aussi sombre que la nuit sans Lune recouvert de broderies représentant une avalanche de pétales de fleurs de cerisiers rappelant à Lii qu'il n'avait toujours pas achevé son poème pour Liu-Xeung. Son hôte pointa les doigts parfaitement manucurés de sa main droite en direction de la table où se trouvait le premier client. Lii examina attentivement la table en question et n'alla pas s'y installer avant d'avoir découvert qu'un second verre semblait l'attendre face à un tabouret libre.

« L'aura de Yosuga-Sama est bien palpable, son art va jusqu'à la mise en place de ces tables. » dit-il en s'asseyant lentement.

Katahide leva les paupières calmement. Il reconnu immédiatement le Mon de la Famille de la personne qu'il devait rencontrer. Au moment où il voulut prendre la parole un léger bruit venu de l'extérieur attira son attention. Ces sons s'amplifièrent rapidement, bientôt les deux clients comprirent qu'il s'agissait d'une voix humaine qui chantonnait. Le volume augmentait toujours. Quelques mots devinrent même audibles.

« ...mer en furie, j'ai vomi mon quatre heures et mon... »

Un grand choc accompagnant l'ouverture violente de la porte de l'Auberge mit fin à cette phrase braillée à tue tête par une jeune femme souriante au teint hâlé par les embruns. Baissant à peine la voix, elle demanda : « Alors ce Poney, il a de quoi désaltérer les explorateurs ? » A cet instant, Katahide jeta un coup d'œil sur la table pour découvrir qu'un troisième verre était présent devant lui. Lii sauta sur l'occasion pour s'adresser à la jeune fille et l'inviter à sa table :

« Les Poneys n'ont pas toujours le sens des valeurs, mais sachez qu'ici se trouve votre bonheur. »

Elle sourit et se dirigea vers la bouteille qu'elle saisit afin d'en humer le contenu. La reposant lourdement sur la table elle en commanda une autre en jetant le sac qu'elle portait en bandoulière sur une table adjacente et s'affalant sur le dernier tabouret à proximité de la table. Katahide prit la parole calmement pour se présenter.

« Bonsoir, je suis un simple moine, on m'appelle Katahide. Je crois que nous sommes ici pour des raisons similaires, non? Kakita Yosuga-Sama a du travail pour nous. Savez-vous de quoi s'agit-il? »

La jeune femme fut la plus prompte à répondre. « Salut, moi c'est Moshi Kinyo. Je suis venue avec des potes qui sont entrain de garer le vaisseau. ». Devant l'air ahuri de ses deux interlocuteurs, elle rajouta « Bon, alors qu'est-ce qu'on boit dans le coin? Il y a quelques semaines, j'ai découvert des nectars fabuleux, mais je suppose qu'on en causera demain avec Yosuga-Sama. »

Lii prit la parole à son tour. « Très honoré je me nomme Kakita Lii, cérémonie et petits discours sont ma vie. »

L’homme du Clan de l’Araignée et la dame du Clan de la Mante échangèrent un regard complice avant d’attraper le verre du poète du Clan de la Grue et la bouteille pour le remplir au plus vite avant de s'écrier simultanément : « Cul sec! » pour Kinyo et « D'un trait! » pour Katahide.

La jeune femme invita la tenancière à se joindre à eux. Katahide et Lii furent très surpris de constater que cette dernière était toujours présente, plongée dans un silence bienveillant. Elle accepta poliment et pris place sur le quatrième tabouret qui jouxtait désormais la table.

Ils échangèrent quelques banalités en buvant quelques verres tous les quatre. La bouteille de saké semblait inépuisable et les esprits se libérèrent peu à peu. A chaque fois que Kinyo posait une question à la doyenne de la tablée, celle-ci évitait d'y répondre sans difficulté donnant la parole à l'un des messieurs qui, flatté, s’empressait alors de raconter une anecdote quelconque.

Alors que la nuit avançait, Kinyo se leva. Sachant qu'elle avait très peu bu, elle fit mine de perdre légèrement l'équilibre avant de se reprendre et dit après une courte pause quasis théâtrale :

« Le Clan de la Grue ne sait que manipuler les apparences. On fait si peur que ça pour cacher votre vraie nature ? »
Les deux messieurs restaient interdits tandis que leur hôte, luttant pour rester impassible, fixait intensément les yeux de Kinyo. Ceux-ci s'élargissaient. Ils prenaient la couleur de ses vêtements. Un vert vif comme la chair de l’avocat bien mûr. Elle avait saisi une bouteille dans son sac, l’avait débouchée et l’avait vidée en un même mouvement. L'eau qu'elle contenait restait en suspension autour de la jeune fille, tel un anneau. Sa concentration était palpable.

La vieille dame s'inclina alors et avant de prendre la parole. « Félicitations, Moshi-san vous avez réussi. Il n'est pas nécessaire de déranger plus longtemps la Fortune Osano-Wo à cette heure-ci. Vous avez raison, nous ne sommes pas dans une auberge habituelle. Vous êtes ici dans l’une des antichambres de la grande bibliothèque des Cérémonies de l’Empire de Rokugan placée sous la garde du traditionaliste Clan de la Grue. Vous serez les invités de Kakita Yosuga-Sama dès demain, en attendant vous êtes mes invités. »

Kinyo utilisa ce court intermède explicatif pour sortir de sa transe magique et rediriger chacune des goutes d'eau en suspension dans sa bouteille avant de la ranger soigneusement.

Après ce discours, la luminosité ambiante s'intensifia, un courant d'air extrêmement froid traversa la pièce comme si quelqu’un s’était brusquement déplacé de plusieurs mètres. Les anciens murs vides étaient remplacés par d'immenses rayonnages débordant de parchemins. Les quatre tables n'en formaient plus qu'une seule. Sur celle-ci s'empilaient un nombre incalculable de bouteilles de saké semblables les unes aux autres. Les tabourets étaient maintenant de véritables sièges avec dossier et accoudoirs recouvert de tissus soyeux. Lii, figé depuis que Kinyo s'était redressée, comprit pourquoi il se sentait si bien assis. Le moine jeta un regard circonspect sur son nouvel environnement satisfaisant enfin sa curiosité ; la situation précédente avait quelque chose d'irréelle. Son petit exercice méditatif n'aurait jamais dû être aussi facile à accomplir. Il s'était fait bluffé. Il avait encore beaucoup à apprendre auprès de son mentor.

Les trois invités recentrèrent leur regard sur leur hôte pour découvrir la Daimyo de la famille Asahina, la Grande Famille de shugenjas du Clan de la Grue. Ils étaient tous certains de la reconnaître même s’ils ne l’avaient encore jamais rencontrée. Elle se leva puis prit congé en leur souhaitant une bonne fin de nuit sans oublier de préciser qu'il restait suffisamment de nectars délicieux sur la table pour agrémenter des discussions militaires jusqu'à l'aube. Lorsqu'elle partit, une dizaine de yojimbos arborant tous le Mon de la famille Daidoji apparurent pour l’escorter. Sa suggestion, fonctionna parfaitement et les bavardages démarrèrent sans attendre.

Kinyo évoqua Osano-Wo. « La Fortune du Tonnerre est vénérée par tout l'ordre des shugenjas de la puissante famille Moshi. Une ville lui est même dédiée. C'est d'ailleurs un lieu d'entrainement et de repos sans pareil. En plus de la protection offerte par cette Fortune Majeure à la Baie du Dragon du Tonnerre, chaque geste accompli par une personne qui lui est fondamentalement dévouée renforce ses alliés ! »

Cette fois-ci, Lii ne laissa pas passé l'occasion et se jeta dans l'arène : « Un coup de tonnerre de temps à autre n'est pas suffisant. Shiro Daidogi dispose d'équipements si grandioses. Mis à part les sapins, pluie d'flèches est son refrain. Elle semble occupée, l'honneur est gagné. »

L'alcool commençait sérieusement à laisser ses traces. Arborant l’ombre d’un sourire narquois Lii se tourna vers Katahide espérant l’entendre bafouiller. Ce dernier, prit une profonde inspiration, comme pour faire un ultime tri de ses idées. Ensuite, ses propos furent à la fois audibles et cohérents tandis que Lii ne put réprimer une expression dépitée l'espace d'un instant.

« Le Kyuden Suzume n'est pas connu. Il est peu visité. Les techniques qui y sont développées et enseignées entrent dans le cadre de votre bavardage. Bien entendu, elles sont plus spectaculaires. Pas besoin d'orage. Pas besoin d'occuper d'unité complète. Tout élève peut les utiliser. Selon sa concentration, il pourra même appréhender des éléments du futur. Oui, découvrir maintenant ce qui l’attend après ! »

Katahide voulait dissimuler sa fierté mais ses yeux pétillants étaient désormais grand ouverts, attentifs aux prochains arguments qui ne manqueraient sûrement pas de tomber. Son regard oscillait rapidement entre ceux de Kinyo et de Lii. Elle, souriait. Lui, semblait compter sur ses doigts. Il clignait des yeux de temps à autres puis repartait de plus belle. Son visage se détendit soudainement. Il allait prendre la parole. Finalement, il secoua la tête avant de reprendre ses comptes, légèrement contrarié. Le moine posa son manteau sur son poing droit, les yeux rivés sur Lii. Ses paupières mirent une poignée de secondes à se fermer. Il sombra bientôt dans un sommeil profond. Lii prit soudain conscience du temps qui s'était écoulé depuis la dernière tirade du moine. Il releva alors les épaules, fier de découvrir son concurrent direct hors de combat. Il avait finalement rendu les armes face à l'excellence du Clan de la Grue ; reconnaître la valeur de son adversaire est honorable. Son triomphe dura encore quelques instants avant que la fatigue ne le terrasse. Kinyo se leva alors, bien décidée à célébrer l'évènement par une danse de la victoire. Elle n’eut pas le temps de finir sa phrase avant de s'emmêler les pieds.

« C’est à tribo… »

Elle se retrouva allongée à même le sol sur un tapis plus moelleux que la caresse d'une vague au clair de Lune. Elle sombra à son tour, le visage illuminé d'un sourire victorieux.

Réveil en sursaut, Kakita Yosuga est debout devant ses trois invités, sujets à de violentes migraines. « Vous avez un mois pour préparer la rencontre des Sept Sohei ! Moshi-san, votre perspicacité est plaisante, faites-en profiter vos assistants qui, eux, ne manquent ni de panache ni de patience. ». Après cette intervention éclaire, elle déposa une lettre cachetée devant chacun d'eux puis se retira sans un mot.


par Rémi.
Relecture : Shosuro Saimon & Isawa Alai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/crearijugar
 
02 - Apparences et Courants d'Air
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les courants.
» Les courants du krav
» les courants en rivière
» livre de Marcel Saint-Jean "chiens courants, rapprocheurs.."
» Montages feeder pour forts courants

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L5R PARIS :: Archives :: Les Chroniques de Gyoukomori Mura-
Sauter vers: